Comment je suis arrivée à la foi

Il n’est pas habituel, et même pas très bien vu, de parler de sa foi en France. Si on parle religion, c’est bien souvent pour parler politique (voir les débats récurrents sur la place de l’Islam en France). Mais la foi en elle-même a bien du mal à trouver une place dans les conversations, notamment parce que les Français sont de plus en plus agnostiques ou athées, et ne s’intéressent que peu au sujet.

Pourtant, au risque de voir cet article rétrograder à la place du moins lu de tous les temps, je veux aujourd’hui vous parler de ma foi. Parce que c’est dimanche (« Jour du Seigneur » 😉 ), et surtout parce que c’est vraiment ce qui me fait avancer depuis quelques temps.

Je crois que mon parcours religieux est assez atypique…

Mes parents étaient tous deux baptisés catholiques mais, devenus non croyants à l’âge adulte, ils ont décidé de ne pas faire baptiser leurs enfants. Ma soeur et moi n’avons pas eu d’éducation religieuse, mais notre famille était plutôt ouverte sur le sujet.

Je ne croyais donc pas en Dieu. Cependant, à l’âge adulte, plusieurs rencontres (essentiellement avec des musulmans) m’ont poussée à m’interroger sur l’existence de Dieu. Un de mes copains était musulman, et ses yeux brillaient quand il se mettait à me parler de Dieu! C’était extraordinaire pour moi, je me disais que les croyants avaient bien de la chance…

Tout cela m’a amenée à demander le baptême. Je sais, c’est paradoxal! J’aurais pu choisir de devenir musulmane, mais je suis devenue chrétienne. J’avais grandi en France, dans une base de culture chrétienne, et le personnage de Jésus me semblait essentiel. Quant à savoir pourquoi c’est vers le catholicisme que je me suis tournée, c’est simplement que l’église à laquelle j’ai pensé spontanément était catholique (rappelons que la France est essentiellement catholique). On m’y a très bien accueillie, et je suis restée! Mais je me définie comme chrétienne avant tout.

Le parcours pour se faire baptiser prend plusieurs années, qui m’ont permis d’approfondir ma foi et d’être sûre que je voulais devenir chrétienne. Les postulants au baptême (catéchumènes) sont accompagnés pendant tout ce cheminement par des membres du catéchuménat: cela prend la forme de rencontres individuelles avec leur accompagnateur, et de rencontres de groupe avec tous les catéchumènes de la paroisse, leurs accompagnateurs et le(s) prêtre(s). J’ai eu la chance d’être accompagnée par Claire et Jean, un couple merveilleux que je vois toujours régulièrement puisque Claire est devenue ma marraine!

J’ai été baptisée dans la nuit de Pâques 2006, en présence de ma famille, et cela est très important pour moi: mes parents et ma soeur, même s’ils ne partagent pas ma foi, ne m’ont jamais découragée ni jugée, c’est une chance que l’on n’a pas toujours quand on embrasse une nouvelle religion.

Peut-être à cause de l’origine de ma foi, le dialogue inter-religieux, et plus particulièrement islamo-chrétien, m’intéresse beaucoup. J’ai créé un petit groupe de rencontres entre chrétiens et musulmans dans ma paroisse l’année de mon baptême, mais il n’a pas duré longtemps car je suis ensuite partie vivre à Jérusalem!

J’avais en fait postulé quelques mois auparavant pour devenir Volontaire de Solidarité Internationale avec la DCC (Délégation Catholique pour la Coopération), en précisant que je souhaitais si possible être dans un pays musulman pour participer au dialogue inter-religieux. J’ai été doublement gâtée puisqu’on m’a proposé Jérusalem, une ville où se côtoient Juifs, Chrétiens et Musulmans!

J’enseignais le français dans un collège chrétien, du côté palestinien de la ville. Mes élèves étaient arabes, de religion musulmane ou chrétienne.  Ça a été une superbe expérience, bien que difficile et côté foi, quel chamboulement… J’habitais dans un hospice tenu par les Filles de la Charité et je côtoyais donc tous les jours des religieuses (ma copine de couloir était également une Soeur venue à Jérusalem en recherche spirituelle). Pourtant j’ai eu beaucoup de mal à trouver ma place, la vision de la foi professée par mon entourage de Jérusalem était très éloignée de la vision de ma paroisse d’origine. Ce qui est sûr c’est que c’est très bon pour le questionnement spirituel!

Rentrée en France, j’ai déménagé, continué ma petite vie, et surtout j’ai commencé à vivre une grande aventure: je me suis mariée avec Cher-et-Tendre. Comme Cher-et-Tendre est musulman, nous faisons du dialogue inter-religieux à chaque minute de la journée!

Publicités
Cet article, publié dans foi, Solidarité, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Comment je suis arrivée à la foi

  1. Frédérique dit :

    Ma chère Mélanie! Tout ce que tu écris me touche droit au coeur. Ta foi te porte et t’aide à vivre des moments parfois difficiles…Tu as certainement de la chance d’avoir trouvé la Foi… C’est quelquechose, probablement de mystérieux qui arrive à un individu er lui procure une forte paix intérieure. Tes dialogues avec Cher et Tendre doivent être enrichissants.
    Je te souhaite beaucoup de bonheur et de paix intérieure lesquelles soulignent d’ailleurs sur tes lèvres un joli sourire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s